M A U R I T A N I EL ' A V E N T U R E   A U   G PS

Sauf mention contraire, toutes les photos du site nous appartiennent et sont librement utilisables sur vos pages web. Merci de simplement mentionner la source.

SAHARA FAT BIKE

 

 

Le Fat Bike est un vélo tout terrain muni de pneus larges (aussi larges que ceux d'une 2cv), spécialement étudié pour les terrains meubles comme la neige ou le sable. Dégonflé entre 400 et 800 g suivant la portance du sol, il passe là où un VTT classique ne peut se risquer.

 

Le Fat Bike ouvre ainsi à qui le désire un terrain d'aventure beaucoup plus vaste, allant des pôles au Sahara.

C'est justement le Sahara dont il est question ici.

 

Evann, qui fêtera ses 18 ans pendant le périple, se prépare à traverser cet immense désert en hors-piste absolu sur plus de 1400 kilomètres de sable, de dunes et de plateaux rocailleux. Il ne s'agit pas de chercher un record ou un exploit, mais juste de concrétiser un rêve de gamin conjugué à un esprit de liberté.

 

 

 

 

 

 

 

 

De fait, Evann a choisi un Fat Bike à assistance électrique, laissant le vélo musculaire à qui veut davantage se rapprocher de la performance que de l'enchantement.

 

Cependant, même si Evann prend un Fat Bike électrique, il n'en est pas moins sportif. Sans être un expert dans l'une ou l'autre des disciplines, on dirait plutôt qu'il est un touche à tout. Depuis presque 15 ans il n'arrête pas de se lancer dans des activités de plein air plus ou moins fun :

 

  • Escalade,
  • Via ferrata,
  • Trottinette freestyle,
  • Tumbling,
  • Trampoline,
  • Trek,
  • Ski,
  • Randonnée aquatique,
  • Canyoning,
  • Spéléologie,
  • Cliff jumping,
  • Bike life wheeling,
  • VTT.

 

 

Cependant, ce voyage en Fat Bike sera sa première expérience à l'étranger en tant que post-ado.

 

 

UN GORILLE AU SAHARA...

 

Le Fat Bike utilisé pour cette traversée vient tout droit de chez Gorille cycles, une entreprise 100% française.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme au bon vieux temps de la recherche de sponsors, nous les avons simplement contacté en leur soumettant notre projet, et leur avons proposé un partenariat. Ils fournissent le Fat Bike ainsi que les pièces de rechange et en contre partie nous leur faisons des photos et des vidéos en situation.

 

L'équipe a tout de suite été emballée par l'aventure, aussi bien la folle chevauchée en Fat Bike, que l'assistance avec une 2cv. Leur passion a parlé, loin des considérations mercantiles liées aux influenceurs, car ce n'est pas avec notre chaîne You tube naissante de quelques 2000 abonnés que nous aurions pu les intéresser.

 

Leur passion motive d'autant plus Evann a porter les couleurs du Gorille au cœur des dunes du Sahara.

 

 

Le rêve de gamin, c'est celui de revenir dans le désert du Sahara, précisément en Mauritanie, où Evann a fait ses premiers pas "d'aventurier", à l'age de 3 ans.

L'esprit de liberté, c'est celui de se retrouver au bout du monde, loin de tout, et de rouler sur un simple vélo, sans aucun bruit, à travers des paysages uniques.

UNE ASSISTANCE EN 2CV POUR LA RECHARGE DES BATTERIES

Le Fat Bike sera doté d'une batterie de secours, ce qui lui permettra de doubler la distance journalière théorique, soit environ 260 kilomètres.

Sur un reg roulant on peut espérer s'approcher de l'autonomie constructeur, mais dans le sable mieux vaut prévoir un maximum de 100 km au lieu des 260 annoncés.

Le soir, Evann sera rejoint par la 2cv qui lui apportera deux autres  batteries chargées pour la journée du lendemain.

Dans la 2cv, la recharge des batteries s'effectue avec une petite station d’énergie portable (environ 5 kg), qui est branchée sur l'alternateur de la 2cv en roulant, et lors des pauses, sur deux panneaux solaires souples de 100 watts et de 1,1 kg chacun. La station fait également office de petite power bank avec ses 300Wh.

UNE ORGANISATION BIEN DÉFINIE

 

Chaque matin Evann partira le premier, seul. Pendant la journée, il ne verra pas la 2cv, excepté dans les plus beaux passages où des prises de vues en drone seront réalisées. Le but est d'agrémenter le reportage au delà de la simple caméra d'action fixée sur son casque.

Evann emporte un matériel minimum de survie pour tenir deux jours (eau et spiruline), et une tente de type sarcophage (790 g) pour éviter les serpents et les scorpions durant la nuit, s'il doit rester seul sans lit picot.

 

La marche à suivre est simple. La journée Evann suit un axe donné, avec un point GPS à rallier tout les 10 km en terrain dégagé et 3 km dans les zones de dunes. Le soir nous nous retrouvons au bivouac.

A chaque point GPS, une marque au sol permettra de savoir si Evann est bien passé par là (la 2cv partira toujours derrière lui). S'il a un problème mécanique ou autre il lui suffira d'attendre la 2cv.

 

 

Par contre, si c'est la 2cv qui tombe en panne "prolongée", dans la logique elle ne sera pas au bivouac du soir. Si au matin la 2cv n'est toujours pas là, Evann devra faire demi-tour (sur le mode 100% musculaire si les batteries sont déchargées) afin de rejoindre la 2cv et donc l'eau et la nourriture en quantité.


Il aurait été plus simple que la 2cv parte en premier, surtout en cas de panne de celle-ci, et attende à chaque point GPS l'arrivé du Fat Bike. Mais ce n'est vraiment pas fun de suivre les traces d'une 2cv toute la journée. En partant devant pour faire sa propre trace, Evann sera bien plus immergé dans l'ambiance du "seul au monde".

UN ITINÉRAIRE EN CINQ ÉTAPES

 

Les étapes correspondent à des passages obligés, ou plutôt des curiosités. Les bivouacs ne sont pas définis, mais seront néanmoins sur un des points GPS de l'itinéraire, afin de pouvoir se retrouver le soir.

 

Bir Moghrein est la seule ville dans l'extrême Nord de la Mauritanie, à environ 1100 km de la capitale Nouakchott. Aucun goudron n'arrive jusque là. Cependant, on y trouve l'ultime ravitaillement en carburant pour les 1650 prochains kilomètres de la 2cv. Au delà plus rien...

Carte de l'itinéraire en Fat Bike

Depuis Bir Moghrein une piste d'environ 250 km mène au fort militaire d'Ain Ben Tili, isolé en plein désert. Dernier lieu de présence humaine, Evann entame ici sa traversée plein Sud, en hors-piste total.

 

  • La première étape, de 200 kilomètres, rejoint le cratère de Tmeimichat. Un cratère météoritique de 750 m de diamètre et de 30 m de profondeur datant d'environ 2,5 million d'années.

 

  • La deuxième étape, de 170 kilomètres, permet d'atteindre Ténoumer, un second cratère météoritique d'un diamètre de 1900 m pour une profondeur de 88 m. Il serait de la même époque que celui de Tmeimichat. A partir de là, Evann quitte l'immensité du reg pour entrer dans les dunes de la Maqteïr.

Cratère de Tmeimichat

Cratère de Tenoumer

  • A 560 kilomètres du point de départ, la troisième étape est très importante. Il s'agit du premier point d'eau de la traversée, un ensemble de 3 ou 4 puits peu profonds. Mais c'est également le canyon de Ghallaouiya, une entaille de 4000 m de longueur où se trouve la plus importante concentration de gravures rupestres de toute la Mauritanie. On peut y découvrir 220 panneaux de différentes époques, représentant en majorité des animaux (éléphants, rhinocéros, autruches, girafes, antilopes...) mais aussi 35 hommes et 62 chars.

Un des 220 panneaux gravés

  • La quatrième étape, de 376 kilomètres, amène Evann dans la première oasis du périple, Tichit. Pour l'atteindre il faut néanmoins franchir les dunes de l'erg Ouarane, puis les dunes de l'erg Ijafen, et enfin traverser les ondulations sablonneuses d'El Mrayer (le miroir), une zone sans un cailloux, sans un arbre, sans une herbe, juste du sable. Arrivé non loin de l'oasis de Tichit il reste encore à franchir une petite barrière d'aklé (dunes molles et enchevêtrées en tout sens), puis descendre la falaise du Dhar Tichit qui surplombe la palmeraie du haut de ses 200 mètres.

Tichit, coincée entre dunes et plateau

Inscrite au patrimoine mondiale de l'Unesco, Tichit apparaît dans les écris dès le VIIIè siècle. Importante cité caravanière reliant le Maroc à l'empire du Ghana elle survit aujourd’hui grâce à l'exploitation de ses salines, dont le sel est transporté par l'une des dernières caravanes de chameaux du Sahara. Peuplée d'environ 2500 âmes, son architecture est remarquable. Malheureusement, complètement isolée et sans aucune route d’accès, elle dépérit petit à petit.

  • Depuis Tichit, la dernière étape de 467 kilomètres, permet de rejoindre la route de l'espoir près de Kiffa. La première possibilité est de couper plein Sud à travers les dunes de l'Aouker, mais le paysage y est très monotone, constitué de petites dunes couvertes d'herbe à chameau. La deuxième possibilité, bien plus longue, consiste à suivre la falaise vers l'Ouest puis à bifurquer au Sud par le gassi Taskass. Cet itinéraire est plus attrayant, avec de magnifiques vues sur la falaise, de belles dunes à franchir, de nombreux villages néolithiques totalement intacts (sauf les toitures, végétales ou en peaux de bêtes), de splendides tumulus à couloirs et deux sources verdoyantes, inattendues dans cet espace purement minérale et désertique. L'autre avantage de cet itinéraire est la présence de plusieurs puits au pied de la falaise.

Pour finir, peu avant de rejoindre le goudron qui marque la fin de cette traversée, l'une des plus belle guelta de Mauritanie attend Evann. Des crocodiles prisonniers de ce point d'eau au milieu du Sahara, subsistent comme par miracle, témoins vivants d'un lointain passé plus verdoyant. Non, malgré la chaleur pas de plongeon !

Photo Pascal Lluch

A JEAN...

 

Cette traversée du Sahara est dédiée à un personnage que nous avons eu la chance de recevoir à la maison, Jean Naud, l'inventeur du Fat Bike. Jean a réalisé une traversée fantastique du Sahara jusqu'à Tombouctou en 1986, avec un Fat Bike exceptionnel qu'il avait imaginé et construit.

 

Jean Naud, qui nous a quitté en 2011, reste le seul cycliste a avoir traversé le Sahara, hors goudron.

Jean raconte sa traversée en 3 minutes

Son livre, Editions Albin Michel